Le barème Macron incontournable

Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
France > Droit privé > Droit social >  Droit du travail 

Carole Vercheyre-Grard [1]
Mai 2022



Voilà la fin du suspens.


La Cour de Cassation a tranché aujourd’hui [2], et pour elle, pas de doute, le barème d’indemnisation du salarié licencié sans cause réelle et sérieuse dit MACRON [3] est incontournable (Mercredi 11 mai 2022 – chambre sociale statuant en formation plénière – pourvois n° 21-14.490 et 21-15.247) [4].


En substance cette décision expose que :


  • Le barème d’indemnisation du salarié licencié sans cause réelle et sérieuse n’est pas contraire à l’article 10 de la convention n°158 de l’Organisation internationale du travail ;
  • Le juge français ne peut écarter, même au cas par cas, l’application du barème au regard de cette convention internationale ;
  • La loi française ne peut faire l’objet d’un contrôle de conformité à l’article 24 de la Charte sociale européenne, qui n’est pas d’effet direct.


Pour mémoire, voici le barème d’indemnisation du salarié licencié sans cause réelle et sérieuse :


  • Pour les entreprise de plus de 11 salariés


Montant d'indemnité 1.jpg

Montant d'indemnité1.jpg

  • Pour les entreprise de moins de 11 salariés


En cas de licenciement opéré dans une entreprise employant habituellement moins de onze salariés, les montants planchers sont encore plus bas.

Montant d'indemnité2.jpg


Ce barème s’impose également en cas de résiliation judiciaire du contrat de travail ou de prise d’acte du contrat de travail jugée aux torts de l’employeur (c. trav. art. L. 1235-3-2 nouveau).


L’indemnité prud’homale peut se cumuler, le cas échéant, avec les indemnités versées en cas d’irrégularité en matière de licenciement économique (dont certaines sont par ailleurs diminuées par l’ordonnance), mais dans la limite des montants maximaux prévus par le barème.